Improviser !

Ecrire, jouer et mettre en scène des histoires, spontanément…

Improviser ! header image 2

Les pouvoirs des improvisateurs

July 2nd, 2009 · 3 Comments

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler d’une troupe que j’aime beaucoup, et à qui je dois beaucoup. Rien que de penser à leurs spectacles me fait sourire quand je marche tout seul dans la rue. Je parle des Improfessionals. Pourquoi est-ce que je vous en parle?

D’une part, parce que j’ai envie que vous alliez voir leurs spectacles. Allez les voir. Maintenant.

D’autre part, parce que j’ai remarqué qu’ils avaient chacun un super-pouvoir d’improvisateur. Oui, un super-pouvoir. Bon, enfin, disons plutôt qu’ils ont chacun des qualités spécifiques que partagent les bons improvisateurs. De ce point de vue, il peut être intéressant de connaitre ces “pouvoirs”, de savoir les identifier, les reconnaitre, chercher à les développer, les travailler. C’est une grille d’analyse de mesure du développement de l’improvisateur, comme celle que Finpoil a mise au point. Si à un moment vous vous sentez “coincés” dans votre progression, que vous ne savez plus dans quelle direction aller pour vous améliorer, prenez un de ces “pouvoirs” et essayez de le développer chez vous-même.

Venons-en aux faits.

Clara a le pouvoir du cœur : elle sait mettre à l’aise. Elle rend son partenaire bon, peu importe son niveau, son style. Elle sait créer le contact avec lui, elle sait toucher l’autre, le faire s’ouvrir. Elle rend les idées de l’autre intéressantes. Elle rassure, elle met en confiance. Sans elle, l’impro serait un champ de cadavres dévorés par la peur où toutes les idées sont tuées.

Mark a le pouvoir du feu : il sait jouer. Il est toujours d’humeur joyeuse sur scène, et sait rajouter le piquant nécessaire au spectacle pour que le public et ses partenaires soient toujours en train de s’amuser, sur le bord de leur siège en train de se demander “mais qu’est-ce qu’il va encore nous faire?”. Il monte sur scène comme un enfant malpoli. L’impro devient un jeu. Sans lui, l’impro se prendrait trop au sérieux.

Caspar a le pouvoir de la terre : il est réaliste. Il donne de la réalité aux improvisations et ses personnages sont crédibles. Il permet au spectacle d’avoir un moment de répit pour que nous puissions apprécier un changement de rythme, d’atmosphère. Il donne du corps aux jeux et à l’imaginaire débordant qui apparait dans l’impro. Il rajoute de l’émotion. Sans lui, l’impro ne serait qu’une succession écœurante de blagues.

Florian a le pouvoir du vent : il a les cheveux longs il prend des risques. C’est une qualité essentielle. C’est celui qui repousse les limites de la discipline. Il prend toujours les chemins les moins parcourus. Il frôle les limites du cercle des attentes. Il surprend ses partenaires, et il fait en sorte que la pratique de l’impro reste fraiche. Sans lui, pas de prise de risque et l’improvisation ne serait pas improvisation.

Lexi et Johanna (que je n’ai pas vues depuis un petit moment, malheureusement) ont le pouvoir de l’eau : elles dégagent une énergie positive sur scène. Les gens de Loose Moose disent “be happy, healthy, sexy”. C’est un concept de Keith, que Shawn Kinley nous rappelait récemment: il faut monter sur scène et donner envie (et c’est bien plus difficile qu’il n’y parait). Il faut être beau, attirant, séduisant, heureux. Il faut que le public veuille nous ramener chez lui après le spectacle. Et dans les scènes, elles sont disponibles. Sans elles, les improvisateurs ressembleraient tous à des créatures maladives, perdues et apeurées.

Et quand on combine tout ça, on obtient Captain Planet ! Oui, à leurs spectacles, avant de monter sur scène, ils agitent leurs bagues magiques d’impro, et la magie apparait: Captain Planet arrive sur scène. True story. Allez voir leurs spectacles. Maintenant. (En plus ils viennent des quatre coins du monde, comme dans la série…)

Earth, Fire, Wind, Water, Heart…
By your powers combined, I am Captain Planet!

Les cinq pouvoirs décrits ici constituent une bonne grille d’analyse pour l’improvisateur, certainement pas exhaustive, mais équilibrée tout de même. Et j’irais même jusqu’à dire que celui qui réunirait ces pouvoirs serait l’improvisateur ultime. Le Captain Planet de l’impro.

Ca semble impossible, mais en attendant, ces pouvoirs sont bel et bien réunis, mais au niveau de la troupe. Comme le disait Cid, c’est une bonne chose que les improvisateurs apportent des forces et des faiblesses différentes et complémentaires au sein d’une troupe, au sein d’un spectacle.

Saviez vous que les Improfessionals organisent deux stages cet été, et que chacun d’entre eux enseignera “son” super-pouvoir, “sa” spécialité? En plus de ça, vous aurez l’opportunité de monter sur scène et d’avoir un feedback sur votre jeu. A ne pas rater!

Tags: Réflexion

3 responses so far ↓

  • 1 Caro // Jul 2, 2009 at 1:09 pm

    t’as oublié d’ajouter à la fin “ce billet est un billet sponsorisé”

    ;)

  • 2 Ian // Jul 2, 2009 at 1:57 pm

    Je crois que je l’ai dit. Au début. Va les voir. Maintenant.

  • 3 Brendon // Jul 12, 2009 at 12:47 am

    This reminds me of when I saw the amazing improv group ‘Aphasia’. I was so impressed that three seemingly very different improvisers could be so perfectly balanced.
    By your descriptions they would have been Heart, Fire, and Earth.

Leave a Comment