Improviser !

Ecrire, jouer et mettre en scène des histoires, spontanément…

Keith Johnstone / Ten Days With Keith

July 24th, 2008 · 4 Comments

Ca fait quatre jours que je suis arrivé à Calgary pour le programme Ten Days With Keith.

Unit

Première chose: la qualité du logement. Nous sommes installés dans des petites maisons individuelles sur le campus du Mount Royal College. Apparemment, ce sont les mêmes maisons qui ont été utilisée pour le village de la presse lors des jeux olympiques d’hiver de Calgary (1988?). J’ai deux collocataires avec qui nous partgaeons les repas.

Rien à voir avec l’auberge Arlington House à Chicago, où je logeais dans un dortoir de 30 m² avec 20 personnes, dortoir dont la porte donnait sur le hall d’entrée, et constamment ouvert.

On a environ 6 heures d’atelier avec Keith chaque jour, 3 heures le matin et 3 heures en soirée. Ce soir, nous avons eu droit à un atelier masque avec Steve Jarand.

Keith

Keith insiste beaucoup sur l’importance de la peur pour expliquer le comportement des improvisateurs. Beaucoup de ses exercices ont été créés dans le but d’enlever cette peur. Et ce n’est pas tant l’exercice lui-même que la manière de le faire qui importe: il faut faire en sorte que ce soit un plaisir pour les participants, un jeu. Si les improvisateurs cherchent à “faire de leur mieux” alors certainement ils vont être victimes de la peur.

Ce qui m’impressionne toujours, c’est que beaucoup de choses dans la théorie de Johnstone sont cohérentes entre elles:

  1. Enlever la peur,
  2. Ne pas chercher à être original,
  3. Faire plaisir à l’autre,
  4. Ne pas réfléchir,
  5. “Mischief”, le “mauvais comportement”,
  6. Enlever le contrôle, prendre des risques.

Keith a développé tout un arsenal de jeux pour aller dans ce sens. Au delà du concept fondamental de “peur” dans sa théorie, je pense que Keith développe aussi fortement deux points sur lesquels nous avons travaillé jusqu’ici: la narration et le jeu d’acteur.

Ses exercices développent le narrateur présent dans l’improvisateur: tilts, what comes next, maitre-serviteur…

Et au-delà d’outils pour l’improvisateur, il recherche et fournit constamment des techniques pour aider le jeu d’acteur: statuts, mantras, dotations…

Travailler avec Keith dans ces conditions là est un vrai plaisir. Et retrouver Steve et les masques est un cadeau.

Tags: Atelier · Voyages

4 responses so far ↓

  • 1 vinnyfrancois // Jul 24, 2008 at 8:27 pm

    I think being calm onstage (ie: minimizing fear) is a good approach for improv theory. A lot of the exercises you’re talking about are good for recognizing what KJ’s talking about. However, I’ve found (for me at least) that the only real and permanent cure for fear is experience.

    Failure and success are necessary to eliminate fear. “Failure” to expose you to what you fear and force you to live with it and “success” to motivate you to overcome that fear. The wide spectrum and many dimensions of “success” and “failure” can only be seen through experience.

  • 2 Ian // Jul 25, 2008 at 6:33 am

    As far as fear is concerned as a basis for improv theory, I think the two schools are Keith Johnstone’s and Mick Napier. Keith says “remove the fear”, prompting you to find ways to take it away, while Mick says “fuck your fear”, pushing you to just get there and do it.

    I would say you’re closer to the latter, maybe.

  • 3 vinnyfrancois // Jul 25, 2008 at 4:05 pm

    Yes, you’re probably right. I think just powering through the fear is just an amplified version of my “fear erosion through repetition”.

    Fear (and by extension, shame) is the probably the main obstacle for players just starting out. I think it’s good to have more than one approach to getting past the fear since different people can choose the one that suits them best (or even a combination).

  • 4 Ian // Jul 25, 2008 at 5:37 pm

    Definately!

Leave a Comment