Improviser !

Ecrire, jouer et mettre en scène des histoires, spontanément…

Whose Line : un exemple à suivre ?

October 29th, 2007 · 3 Comments

Whose Line Is It Anyway est une émission télévisée américaine assez populaire qui a eu le mérite d’importer le concept d’improvisation théâtrale à la télévision. Originellement diffusée au Royaume Uni, après un passage avorté en France (Jeux de Comédie, présenté par Thierry Becarro sur France 2 au début des années 1990), elle a connu un grand succès aux États-Unis. Pour faire simple, elle a beaucoup contribué à la popularisation de l’improvisation théâtrale.

L’émission est en réalité une suite de jeux d’improvisation portés par quatre comédiens et un présentateur. Les jeux sont simples, en général des grands classiques de l’improvisation, pour une émission qui dure au total une vingtaine de minutes. Les comédiens réguliers de l’émission sont Ryan Stiles, Colin Mochrie, et Wayne Brady, accompagnés du présentateur Drew Carrey. Un invité se joint à eux, parmi lesquels on retrouve souvent Greg Proops, Brad Sherwood, ou Denny Siegel, mais parfois aussi des stars comme Stephen Colbert ou même Robin Williams!

Pourtant, l’émission est à la source de critiques. Keith Johnstone nous racontait lors d’un atelier qu’en réalité, ils tournaient trois heures d’improvisation pour ne sélectionner que 20 minutes d’émission effectivement diffusées. Difficile d’y voir un vrai hommage à l’improvisation, et aux nécessaires “ratés” qu’elle comporte. On assiste ainsi à une véritable “show-busines”-isation de l’improvisation. Les jeux sont en général des jeux qui “garantissent” le rire du public, notamment en faisant appel au concept de “Naive game” (ou Jeu naïf) c’est à dire un jeu d’impro où le public sait quelque chose que des improvisateurs sur scène ne savent pas. Par exemple, des jeux comme Let’s make a date, Party Quirks, etc…

Une autre critique adressée à l’improvisation “Show-business” est la demande de suggestions au public. J’ai l’intention d’écrire un article à ce sujet, donc je n’en dis pas plus, mais regardez les suggestions proposées par le public dans la vidéo ci-dessous. Il est indéniable que le public essaye parfois de rivaliser avec les comédiens en proposant des suggestions qu’il considère “drôles”. Au détriment parfois de l’improvisation… Dans notre cas, le titre de l’improvisation est “Vous avez des semelles” (You’ve got sole) qui doit être tirée d’une comédie musicale intitulée “Ma chaussure préférée” (My favorite shoe).

C’est vrai que c’est dommageable pour l’improvisation: cela créé une perception de l’impro basée avant tout sur la recherche du rire et j’ai déjà exprimé sur ce blog que selon moi, cela était contre productif pour créer de belles improvisations.

Mais il faut aussi noter que les comédiens de Whose Line maitrisent bien les rouages des jeux présentés, et même si les jeux peuvent être considérés comme des jeux obtenant facilement les rires du public, ils requièrent une certaine maitrise, un vrai talent de comédien et parfois même d’humoriste (notamment sur des exercices très punchy, comme Scenes from a Hat). Les acteurs n’hésitent pas à faire appel aux gimmicks (les “trucs”) propres à chaque jeux. Notons par ailleurs que ce sont des improvisateurs hors-pair: ils acceptent, écoutent, proposent, sont réactifs, physiques…

Des vidéos de l’émission sont disponibles sur Internet, notamment sur YouTube, Dailymotion, etc… Nico, du blog Improvidéo et Christophe Tournier sur son blog Improse en ont sélectionné quelques unes.

Je voulais vous montrer celle-ci, où à mon sens, on assiste à un vrai moment d’improvisation. Cet exercice, Three Headed Broadway Star, est en réalité une évolution de l’exercice classique “Un mot à la fois” mais chanté. Drew Carrey, qui n’est pas un comédien “régulier” de l’émission s’emmêle les pinceaux et commet plusieurs erreurs. Ryan Stiles et Wayne Brady s’empressent de les rattraper, et cela crée de beaux moments d’improvisation. Ils en rient, c’est communicatif, on prend plaisir à les voir prendre plaisir à faire des erreurs.

J’adore Whose Line, et je regarde l’émission avec joie. Parfois, je m’insurge contre mes élèves, ou mes partenaires, ou moi-même, lorsque à la manière de Whose Line, nous devenons un peu trop cabotins sur scène. Mais quand je vois de vrais instants comme celui-ci, je suis vraiment heureux de voir que de tels moments de spontanéité totale, de plaisir partagé et de soutien collectif soient proposés à un plus large public.

Tags: Réflexion

3 responses so far ↓

  • 1 Finpoil // Oct 29, 2007 at 10:45 pm

    Quel excellent billet sur une émission que j’aime également!… Je suis à chaque fois soufflé par la technique vocale de Wayne Brady, et l’harmonie entre Colin et Ryan.
    Je pense surtout qu’il faut garder de cette émission la veine “punchy” qui est incontestablement bien maîtrisée… Même si Johnstone s’insurge contre ce “light entertainment”, ça passe toujours bien de voir des improvisateurs qui se font plaisir sur scène.

  • 2 Ian // Oct 29, 2007 at 11:14 pm

    Ah la la! Le couple Colin / Ryan… incroyablement bons sur le jeu “Sound Effects”, ici avec la suggestion “Teenage Boy on his first prom date”:

    http://fr.youtube.com/watch?v=f_MLpgGlLC0

    Et Wayne, tout à fait d’accord avec toi, un chanteur hors pair. Puis-je te suggérer ce “Song Styles” inoubliable: A song to Lee the Lunch Lady in the style of a Singing Strop-O-Gram…

    http://fr.youtube.com/watch?v=pH_0CGyBj5M

    C’est tellement gros! C’est tellement énorme! C’est tellement américain!

    Mais c’est tellement bon

  • 3 Pourquoi improviser? « Le Caucus // Apr 15, 2008 at 11:09 pm

    […] (mais aussi anglophone, notamment avec l’influence auprè du grand public de shows comme Whose Line), reste très cantonnée dans l’inconscient collectif au rire. De la même façon, chez le […]

Leave a Comment