Improviser !

Ecrire, jouer et mettre en scène des histoires, spontanément…

Leuven International Improvisation Theatre Festival 2008

April 7th, 2008 · 7 Comments

Inspinazie

J’étais à Leuven en Belgique ce week-end pour assister au festival international de théâtre d’improvisation organisé par la troupe Inspinazie. Il s’agissait cette année de la 6e édition du festival, qui reçoit chaque année des troupes d’improvisation des quatre coins du monde. C’est l’occasion pour les participants de proposer des ateliers, de rencontrer et d’improviser avec d’autres troupes, et surtout de montrer leur “savoir-faire” improvisationnel aux autres participants et au public, connaisseur, du festival.

C’était vraiment un régal.

Tout d’abord parce que le cadre est agréable. Leuven est une jolie petite ville flamande. C’est aussi une ville étudiante, et donc, a fortiori, festive. La salle de théâtre où a lieu les spectacle est très agréable, et surtout, il y a une brasserie juste à côté, qui devient, le temps du festival, le repère des improvisateurs.

J’ai participé / assisté à deux ateliers, “Real Magic” par Inspinazie et un atelier sur la technique de Michael Tchekov donnée par un membre de la troupe Stjärnfall de Finlande, et j’ai pu voir deux spectacles. Pour faire simple, j’y ai vu le meilleur format long d’improvisation et un des meilleurs formats courts de toute ma vie.

Improv Bandits

The Improv Bandits

Le format long était une pièce improvisée dans le style de Shakespeare, et était joué par les Improv Bandits une troupe Néo-Zélandaise. Je ne sais pas par où commencer. Le seul input demandé au public était de donner un lieu issu du monde Shakespearien pour commencer la pièce et de désigner le “vilain” du récit parmi les acteurs sur scène. A partir de là, ils nous ont brodé toute une intrigue mélangeant amour, trahison, vengeance et honneur mais surtout, avec beaucoup, beaucoup de plaisir.

Avant tout, ce sont d’excellents acteurs. Ils ont un incroyable charisme et une fantastique présence sur scène, ils incarnent leurs personnages avec justesse et on y croit. Ensuite, ils maitrisent parfaitement le style: ils s’expriment comme dans un texte de Shakespeare et le public adore ça! Les voir se démener avec les tournures de phrases Shakespeariennes et s’en sortir avec brio, mais surtout en restant fidèle à l’histoire est un vrai bonheur. Enfin, ils rajoutent juste ce qu’il faut, ni trop, ni trop peu, de cabotinage (en se laissant par exemple aller à rimer sur scène) et de défis entre acteurs, pour nous garder sur le bord de notre siège pendant toute la durée du spectacle. Le résultat est bluffant, pas seulement car la prise de risque est élevée - ce que l’on retient souvent lorsqu’on assiste à de l’impro - mais surtout parce que l’histoire se vaut. La pièce créée est une pièce, elle tient ses promesses en termes de narration. Ils ont reçu une standing ovation de la part des quelques 200 membres du public, qui comptait des gens qui ne connaissaient pas l’impro, mais aussi des connaisseurs fidèles du festival et un bon paquet d’improvisateurs participants!

Le jour suivant, j’ai assisté au final du festival, un format court réunissant toutes les troupes participantes. Le format s’appelait “More or Less”. Un improvisateur est responsable à tour de rôle de chaque scène, c’est à dire qu’il définit la situation, ou le jeu d’impro utilisé, et demande une suggestion au public ou en propose une de lui-même. A la manière de l’improvisation dirigée, il peu intervenir dans la scène en tant que directeur. Mais surtout, il interrompt la scène à intervalles réguliers pour demander au public s’il veut en voir plus (More!) ou moins (Less!). Si c’est plus, la scène continue, si c’est moins, on l’arrête sur le champ.

J’ai adoré ce format et la manière dont il a été joué, car c’était une célébration de l’improvisation en tant que philosophie. Ne pas hésiter à faire, à monter sur scène. Agir par choix, et non par peur. Aider les autres. Prendre ses responsabilités vis-à-vis de ce qu’on présente. Savoir accepter l’échec. Mais surtout, l’accepter avec plaisir et le célébrer!

Il y avait ce soir là toutes les troupes présentes lors du festival: les Improv Bandits de Nouvelles-Zélande, Stjärnfall de Finlande, le Théatre de l’Oignon de France, et les organisateurs du festival, Inspinazie de Belgique. Malgré l’hétérogénéité du groupe, il y avait une vraie communion sur scène, un partage, un échange. Il y avait du plaisir, du courage. Il y avait des scènes drôles, des scènes tristes… Il y avait peu d’égo, on reconnaissait et on admettais les mauvaises scènes (Less!). Il y avait des défis entre improvisateurs, mais il y avait aussi de l’entraide.

Théatre de l’Oignon Stjarnfall

Le Théâtre de L’oignon et Stjarnfall

Bref, il y avait de la variété, dans la forme et dans le fond des scènes, et il y avait du plaisir et une acceptation profonde de l’improvisation avec tout ce que cela comporte d’humilité. Tout n’était pas parfait bien sûr, mais c’était beau et c’était bon d’en faire partie, d’être là. Il y a eu cette belle chanson improvisée par tous les improvisateurs du festival. C’était une vraie célébration de l’improvisation.

J’ai adoré assister à ce festival. Un autre point extrêmement positif était le présentateur des différents spectacles. Sans en faire trop, sans promettre au public des choses que les improvisateurs ne pourraient pas tenir, il réussissait chaque soir à nous mettre dans un état de bien-être et de réceptivité complète vis-à-vis de ce qui allait être présenté. Grâce à ses jeux, à son ton, à sa posture, on redevenait des enfants l’espace d’une soirée.

Et enfin, l’organisation du festival par Inspinazie était impressionnante. Tout était fait pour qu’on passe un bon moment et qu’on s’y sente bien. Sans parler bien sûr de la bière pas chère…

En bref, un très bon festival, qui m’a rechargé mes batteries improvisationnelles. Je vous le recommande…

Tags: Voyages

7 responses so far ↓

  • 1 Lily // Apr 7, 2008 at 8:56 am

    Wouhahou! Ca a l’air awesome! Ca fait du bien de savoir qu’il existe tout ça en Europe, et que ça baigne dans un climat de confiance, de plaisir, et d’humilité.

    Et l’une des comédiennes de L’oignon, c’est une fille qu’on a vue sur scène avec l’Efit il me semble… Margot.

  • 2 Ian // Apr 7, 2008 at 3:00 pm

    Oui, oui, on l’a rencontrée, elle est super sympa!

  • 3 Finpoil // Apr 7, 2008 at 9:42 pm

    Rhaaa, tu me donnes encore une sacrée raison d’être jaloux de toi, Ian!
    Je rêve du premier concept depuis bientôt deux ans! J’aimerais bien voir ça une fois dans ma vie, bon sang de bonsoir.

  • 4 elke // Apr 24, 2008 at 2:22 pm

    merci, Ian, merci beaucoup, c’est vraiment un plaisir de lire that you have enjoyed our festival,
    good luck with your improdrive ! I wish you a lot of real magic !

  • 5 Flavien // Jul 23, 2008 at 2:03 pm

    Le Festival, le plus intense, le plus inoubliable……

    Courrez voir l’édition 2009, ce sera peut être la dernière.

    Merci pour ton article, c’est bon de se replonger dans ce merveilleux festival!

  • 6 Ian // Jul 23, 2008 at 5:37 pm

    Le dernier? C’est vrai?

  • 7 Have you met... Fayssal - Eux - Compagnie d'Improvisation // Mar 7, 2011 at 3:49 pm

    […] avons rencontré Fayssal en 2008 au Festival International de Leuven en Belgique. Nous n’étions que spectateurs du festival, mais […]

Leave a Comment